Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 18:35

 

parfois
il y a
le calme

comme 
si le rien
était important

comme 
débarrassé
du malaise

qu'on aurait
refilé 
à un autre

le calme
le vide
le rien

le calme
l'indifférance
l'absence

comme si soudain 
on se foutait 
éperdument

que les décisions
se prennent 
ailleurs

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Quichottine 01/10/2007 23:15

... parfois il arrive que tu dises dans tes poèmes les mots que je ne saurais dire... Merci, Tilk.

Andrée 30/09/2007 22:02

encore un que j'aime bien (je ne devrais pas dire aimer  à toutes les sauces... ) mais c'est comme ça...encore un poème yogaou un poème animalêtre pour résumer - être simplement

gazou 30/09/2007 11:13

Curieux comme chacun entend un même poëme de façon très différente et même opposée...Je ressens ce calme comme un faux calme,le calme juste avant la tempête,mais après la tempête vientle soleil

lilie 30/09/2007 10:31

s'envahir des silences, des trop pleins d'existence....bonne journée Fernando et merci pour tes motstendresse  LILIE

Laudith 29/09/2007 18:47

Désolée de venir troubler ton calme, juste te dire que j'aime les mots que tu as écrit et te souhaiter un agréable week-end.

Moony 29/09/2007 17:43

parfois, c'est bien de se sentir futile, de faire des choses futiles. parce que là, on trouve humblement, que dans le vaste univers, on n'est rien du tout!

Racheumeuneu 29/09/2007 15:49

Beau rythme, poème à la note tenue, très "guillevicien". Je trouve seulement que "refilé" marque une rupture de registre trop nette et peu convaincante. Curieusement, l'apparition de "on se foutait" n'est pas du tout gênante...

Bandolera 29/09/2007 15:40

C'est exactement ce que je ressent en ce moment !!! Grillée par la masse de travail, grillée de l'intérieur ... Juste une envie, dormir ... Bon samedi et gros bisous Fernando !

colette 29/09/2007 13:58

Cher Fernando,  merci de tes passages...mais pourquoi avoir le " blues" quand la nature  revêt ses plus belles couleurs ? Moi, en revanche , j'adore l'automne : je pense que la lumière y est bien plus forte qu'en été et puis c'est plus romantique !Ton texte me semble bien désabusé et, contrairement à ce qu'en disent certains, bien loin du vrai " calme"....que je connais pas no plus d'ailleurs.Bises et beau dimanche malgré tout

D'Ocean 29/09/2007 12:38

D'où l'importance du vide et du non-dit  dans l'Art Zen !~~

michel, à franquevaux. 29/09/2007 12:00

Parfois on se sent au centre.Tourne la terre, l'homme s'oublie en son centre,tourne la terre, l'homme pourrait s'aimer en son centre.Bonne journée.

Azalaïs 29/09/2007 11:27

Tu as raison, il faut parfois s'en foutre, se mettre en marge, en grève, en  lisière ! Chez nous, on appelle ça :"la talvera" . Jean Boudou et un groupe  occitan que j'aime bien disent même que c'est là que se trouve la liberté ! Cela ne veut pas dire refuser de s'engager mais simplement réfléchir , observer avant de repartir  et de dire ce que l'on à vu !

Alice HUGO 29/09/2007 10:17

C'est ce qui préside sur ton blog, Tilk : le calme...La beauté, aussi, celle de tes dessins et - par dessus  - la profondeur de tes textes, ce style si dépouillé en apparence, et qui en dit si long...Bonjour, Tilk, et excellent week-end,                         Alice.

Dane 29/09/2007 10:16

L'engagement...mais quel prix? Pour ne pas vivre pour RIEN!Poème très fort!Belle journée à toiDane

siratus 28/09/2007 22:48

hello, TilkJe rêve aussi de houle annoncitrice... mais je n'arrive qu'à entrer dans ton jardin avec ce beau papillon. (Mon jardin est assez en friche maintenant, je me suis trop faite piquée par toutes les "bestioles" de cette année, je les photographie et oublie de jardiner !)Je ne suis pas artiste mais j'aime la mer et ses créatures. Ce monde sous-marin est fabuleux. La vie sur terre vient-elle de la mer ou des étoiles ?J'aime la beauté de la nature, elle console et fait rêver...même si elle sait être cruelle.Je t'avoue que je n'aime pas les monstres, quel que soit le talent de l'artiste et je le respecte.Puisses-tu trouver des couleurs chaque fois que tu embarques sur ma galère !Gros bisous :0010:

Azazel 28/09/2007 21:06

parfois on partirai sans rien dire, plus de nom, plus de contraintes, plus de mémoire, le rien avec le tout....bonsoir d'un soir

philosophie

Écrire

Malgré l’usure

Malgré l’érosion

Malgré les tremblements

Malgré l’éclatement des pierres

Écrire

Malgré le grand éboulement

Écrire

Parmi les gravats

Écrire

A même les décombres

 

 

Texte libre