Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2007 5 05 /10 /octobre /2007 19:01

la parole
étouffée
dans l'oeuf

sous 
les couches
succéssives

de ce 
qui n'aurais
pas du être

la parole
submergé
par la déferlante

de tout
ce qui
a été

ma parole
glacée
par le froid                             intense

de ce
qui 
est

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Andrée 08/10/2007 20:59

très bon poèmemais je t'envoie juste un peu de chaleur pour te réchauffer ...

angel 08/10/2007 17:12

waouuu encore une fois bravo... ah là là quel plaisir entre tes ecris et tes photos que tu fais ..bisous enorme

polly 06/10/2007 15:24

Je ne trouve pas à exprimer ce que je ressens à te lire: tu utilises les mots comme s'ils étaient du silence: dans cette rupture, les temps utilisés racontent toute l'histoire et entre eux la souffrance. Bravo.

Mélisande 06/10/2007 12:47

Merci d'avoir laissé un commentaire sur mon  blog :)Je découvre ici un univers fascinant, avec des textes et des tableaux très intéressants...@ bientôt!

Ines 06/10/2007 12:27

A mon tour de découvrir ton univers...Bien à toi.

arts cor 83 06/10/2007 10:51

c'est beau. Mais l'amour n'est-il pas de rechauffé les coeurs et la âmes, être légers et insoucians?Croire au pouvoir de l'amour

Azalaïs 06/10/2007 00:14

Je sors d'une rencontre avec un auteur d'origine catalane: Progreso Marin qui nous a présenté un livre sur les luttes ouvrières de 36 . Il  est aussi poète et je lui ai parlé de toi . Je te confie un de ses poèmesDe la nuitDes caniveauxS'ecouleMon encre.Peines et  joiesTapissentSon flot.ArrachésAu néantDes témoignagesTapentAux tempes.Vies casséesVies debout.Vies voûtéesVies rebelles.Vie.Il aimerait te connaître . Puis-je lui donner l'adresse de ton blog?Bonsoir

Michel - Faux rêveur 05/10/2007 22:28

Préfèrerais-tu que je m'abstienne à l'avenir de publier nos mots "parallèles" sur mon blog ? J'en arrive à me demander si tu es en accord avec la démarche...

Michel - Faux rêveur 05/10/2007 21:58

ma parolese taitcomme geléemon silencel'enfermedouble-tourla clépeu à peuse perd...mais mon silencecroisesur le cheminrésonnanceincertaine,présenceautre silencequi n'agressequi dévoredes yeuxautre silencequi progressetourne la cléma paroletend la main"viens"silenceset parolesse confondentdans l'écho...

Quichottine 05/10/2007 20:17

Mais "je t'aime" quand même, Tilk... puisque c'est le titre que tu as choisi pour ton poème... 

philosophie

Écrire

Malgré l’usure

Malgré l’érosion

Malgré les tremblements

Malgré l’éclatement des pierres

Écrire

Malgré le grand éboulement

Écrire

Parmi les gravats

Écrire

A même les décombres

 

 

Texte libre