Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 novembre 2007 2 20 /11 /novembre /2007 16:09

Dèrriere l'écran
quelqu'un tourne en rond
il n'arrive plus à regarder l'ordinateur
il n'arrive plus à le toucher
il a mis sa veste 
il a tres froid
il a fermé les volets
la porte fenêtre
il ne peut plus voir la lumière
il n'aimera que la nuit désormais
et sa traîne de souvenirs.......



personne ne le voit....mais cela a lieu.....

Partager cet article

Repost0

commentaires

andrée 21/11/2007 21:22

Un rien fantastique

gazou 21/11/2007 13:06

entièrement d'accord avec Quichottine et Alice,ton poëme et le sien sont très beaux mais c'est vrai qu'il fallait donner une suite.Rester dans ce noir désespérant,ce serait choisir la non-vie

Alice HUGO 21/11/2007 09:49

Tilk, le message de Quichottine est - non que d'être seulement bien écrit - empli d'une sagesse et d'une empathie que je partage .Elle m'a devancée en ce que je prévoyais de te dire en lisant ton poème. Je ne saurais faire mieux.Bien à toi,                                                            Alice.

Quichottine :0010: 20/11/2007 22:32

Derrière l'écranquelqu'un t'appelaitrelié à ton ordinateuril tapait fort sur son clavieril te tendait sa vestepour que tu n'aies pas froidouvrait grand ses voletssa porte fenêtrepour t'envoyer sa lumièreau milieu de ta nuitil te chantait des souvenirsoù tu riais...Ne l'as-tu pas entendu ?

c100c 20/11/2007 19:16

triste mais tellement vrai. (je ne comprends pas non plus le com n°2...)
j'ai mis ton blog en lien. le visiter est un réel plaisir.

muriel93 20/11/2007 17:43

voilà un bien triste texte bise à toi passe une bonne soiré a plus!bises!

Kinou 20/11/2007 17:25

J'ai lu ce texte que je ne trouve pas particulièrement drôle, je comprends donc le commentaire de Polly, un peu moins celui de Lilou...si quelqu'un peut m'expliquer  ;-)

lilou 20/11/2007 17:11

mdr ... je suis éclatée devant le premier commentaire. Du coup ça m'a tout coupé.lolBisous

polly 20/11/2007 16:25

Je viens te lire de temps à autre, je ne laisse pas souvent de commentaire parce que ce que tu écris me laisse sans voix.

philosophie

Écrire

Malgré l’usure

Malgré l’érosion

Malgré les tremblements

Malgré l’éclatement des pierres

Écrire

Malgré le grand éboulement

Écrire

Parmi les gravats

Écrire

A même les décombres

 

 

Texte libre