Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 décembre 2007 6 15 /12 /décembre /2007 19:20

 

 

le rêve
se dissipe
évolue
mute
se transforme
devient 
cauchemar
épuisé
à bout
plus de force


                                        ou mettre les couleurs
dans quel
recoin
de cette
nuit blanche
trop
blanche
même
les yeux
fermés

                                        ou mettre les douleurs
je ne 
vois 
plus 
suis je
déjà
au 
milieu
de la 
prophésie
suis  je
déjà 
dans 
l'aspiration
dans  
le tourbillon
de cette
profondeur
blanche
suis je 
déja 
aveugle

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

aimee 16/12/2007 22:22

Très bien ces poesies,tu nous gate avec trois cette fois.Laisses'toi empoerter dans tes rèves,dans ce pays imaginaire,ou il n'y a que beauté,douceur,couleurs et ou la douleur n'existe pas.Bises à toi Tilk.Aimée

Santounette 16/12/2007 19:30

Je suis toujours autant admirative en lisant tes poésies Tilk, tu nous proposes un bien beau texte.Bonne soirée Santounette

colette 16/12/2007 18:56

Beau texte !

Mélisande 16/12/2007 18:55

Aveuglée par tant de talent...bizzzz

andrée 16/12/2007 17:21

Très beau poèmeles couleurs les douleurs font partie de notre vie et leur donnent sa profondeur ...amicalement

angel-uane 16/12/2007 17:08

Mais non tu n'est pas aveugle c'est juste un rêve Poétique Sourire je te fait de gros bisous prêt pour les fêtes,alors je te souhaite plein de bonne chose en se jour Bises à Bientôt Amitié!

Muttifree 16/12/2007 16:20

Oui, continue, Tilk, se "voir" ou se "croire" aveugle n'est pas un handicap... juste le signe que nous marchons sur le continuum du mouvement de la Vie, nous marchons vers l'inconnu, vers le non-connu... que pourrions-nous "voir", de ce qui nous est encore non connu, non reconnu...
Patience.

Très tendrement

Petit Ange 16/12/2007 15:43

Beau texte Tilk...sourire...je passe te faire un bisou...Petit Ange...

Quichottine :0010: 16/12/2007 15:00

Tes mots sont toujours aussi beaux, Tilk. Mais n'oublie pas que la vie se charge de mettre des couleurs, et que même les aveugles les voient.Tu vois, toi, tu recycles ton courrier en peignant ou en faisant des collages magnifiques... tu mets de la couleur au lieu de tout détruire... j'aime beaucoup. Tes personnages s'étirent pour emplir toute la place, ils dansent, parfois ils crient aussi, pour emplir le silence.Le vide n'est rien qu'un espace à remplir et tes mots le font très bien.Continue, il ne faut jamais s'arrêter.

fab 16/12/2007 13:39

Après le si bel éloge de notre petite Angel comment ne pas cliquer sur ton nom et parcourir ton univers et elle a bien fait parce que tes mots sont simples beaux et définissent les joies et les peines la blancheur peut être vue de diverses façon moi elle est signe de pureté, de sincérité, de netteté mais aussi me fait penser aux nuages là où tout devrait être doux .... Bisou

ESMERALD-ART 16/12/2007 11:40

merci et heureuse de ta visite qui m'a permis de connaître ton blog ,  que de choses à voir !!! et intéressantes !!... j'habite pas très loin de l'Espagne  , le secteur de Perpignan, ..  ta poêsie est agréable à lire, ton jardin donne envie de s'y reposer, tes créations originales et ta bibliothéque envie d'y fouiller !! bon dimanche

shin haiah 16/12/2007 10:39

Hello Tilk vais être un peu rabat-joie "profodeir" c'est profondeur que tu voulais écrire? et pourbillon ? et ce ne serat pas une priophéTie? enfin bref sinon c'est bien sympa tout ça ;)Bon dimanche chef artiste ;)

angel 16/12/2007 08:29

rien de plus étrange que le rêve qui ce dissipe rapidement ..laisse toi transporté sans craintes ..il a milles et unes couleurs magnifique..ne t epuise pas dans son monde cauchemaresque!je t embrasse mon ami et te souhaite un bon dimanche .

nadia-vraie 16/12/2007 06:11

C'est beau tilk,bon dimanche et A+

marlene 16/12/2007 05:57

Super beau et si émouvant, Tilk

philosophie

Écrire

Malgré l’usure

Malgré l’érosion

Malgré les tremblements

Malgré l’éclatement des pierres

Écrire

Malgré le grand éboulement

Écrire

Parmi les gravats

Écrire

A même les décombres

 

 

Texte libre