Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 21:57

Je ne sais

              ce qui habite

                                 mon corps

 

c’est comme

              une angoisse

                                 orpheline

 

tristement

              elle

                                 sanglote

 

elle sanglote

             dans mes profondeurs

                                 intimes

 

comment

              la faire

                                  sortir

 

de ce

              béant

                                 infini

 

sans

             qu’elle

                                 me déchire

 

comment

             s’en

                                séparer

 

peut être

            d’un cri

                                la vomir

 

plus tôt

           d’un soupir

                                l’écrire

 

et l’étaler

           dans l’étendue

                               déserte

 

l’étendue

           déserte

                               de ma faillite

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
La prendre doucement par la main, elle a peur c'est pour cela qu'elle te mort, la prendre droucement par la main, lui montrer le chemin, le chemin du soleil et délicatement, ses ailes se déplieront et l' an goisse, la gosse sourira... bises
Répondre
A
bonjour TilkTrès beau poême , pour t'en séparer ,je te propose le yoga et la méditation hi hi hi !!!Bises
Répondre
A
tu traduis bien ce que nous abritons tous à l'intérieur de nous et dont nous ne savons pas nous séparer, par peur de la douleur.plein de baisersArmandie
Répondre
F
tu ne vas pas faillir, et tu n'as pas failli non plus... Ton poème est très beau.
Répondre
G
J'aime beaucoup ce poème mais la fin me gêne,pourquoi parler de faillite?Tu fais ce que tu as à faire,ce pourquoi tu es fait,il n'y a pas de faillite
Répondre
M
La vie n'est pas toujours facile, garder son courage besos Tilk
Répondre
P
Il ne faut pas la faire taire mais exulter
Répondre

philosophie

Écrire

Malgré l’usure

Malgré l’érosion

Malgré les tremblements

Malgré l’éclatement des pierres

Écrire

Malgré le grand éboulement

Écrire

Parmi les gravats

Écrire

A même les décombres

 

 

Texte libre