Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 21:04

 

 

 

j'ai peins ton silence

car tout en moi hurle

 

 

 

j'ai peins le vide

car je suis plein de toi

 

 

 

j'ai peins ton absence

car tout en moi te réclame

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

MurielAngel 06/08/2011 14:31


Comme c'est si bien dit , de beauté , tendresse et douceur , pour la personne qui t'inspire dans ton cœur , très belle hommage.


Elo 28/07/2011 23:49


Très beau bien que très dur !!!! Besos


jill-bill.over-blog.com 28/07/2011 01:43


Un seul être vous manque et tout est dépeuplé ! Bonne semaine Tilk, besos ! jill


Anick-Elfe 27/07/2011 01:07


L'absence est Terrifiante!!! Elle est la plus déchirante des douleurs...
Douces pensées... Anick-Elfe


Liliane 26/07/2011 21:06


C'est splendide et comme j'aimerais un poème comme celui là, rien que pour moi ! Et qui m'émeut profondément...
Merci Tilk.
Besos.


Gabriela 26/07/2011 19:04


peindre du trop plein de ton coeur...


Vénusia 26/07/2011 18:41


superbe et douloureux
bises de douce soirée


jeanne 26/07/2011 13:41


cri


jeanne 26/07/2011 13:40


terrible ce vide là
si bien cris
besos


Minik do 26/07/2011 12:23


Un beau cri.


FBD 26/07/2011 10:57


tous les contrastes de l'amour…


ZAZA 26/07/2011 10:45


Très beau tilk. Bises et bonne journée


TELOS 26/07/2011 06:32


comme c'est beau.. comme j'aimerais que " il " m'écrive celà.....
superbe superbe


Quichottine 26/07/2011 02:21


L'absence est toujours dure à supporter, mais elle t'a inspiré de très beaux mots.

Merci, Tilk.


•-~·*'Ś Ő Ń Ŷ Á'*·~-• 25/07/2011 23:55


il est beau
je fais mien ce texte
passe une agréable soirée





ti bo

•-~·*'Ś Ő Ń Ŷ Á'*·~-•


Valentine :0056: 25/07/2011 22:11


Des oppositions criantes...


philosophie

Écrire

Malgré l’usure

Malgré l’érosion

Malgré les tremblements

Malgré l’éclatement des pierres

Écrire

Malgré le grand éboulement

Écrire

Parmi les gravats

Écrire

A même les décombres

 

 

Texte libre