Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 00:01

Partager cet article

Repost0

commentaires

Arthémisia 09/11/2009 17:42


Peut être est ce tout simplement le vent dans les branches du saule, le vent de l'après lutte, de l'après combat, un vent ample et empli des douceurs vertes de
l'écroulement, de l'écoulement?


juliette 05/11/2009 18:55


là oui! c'est du délire, cela semble une nourriture extra terrestre
Bises


VITA 05/11/2009 13:04


je vois es plumes de paon, des coulées satinées , des rêves doux...VITA


:0010:Liliflore:0091: 04/11/2009 22:27


surprenant ce que l'on voit dans les dégoulinures, c'est super amusant et beau. Bonne soirée avec des bigs bises.



heresidore 04/11/2009 21:27


Waouh que de délirs ! les sueurs de l'enfer , le bal des démons post expo , une galerie nouvelle et tres impressionnante !


Brigitte Lascombe 04/11/2009 21:12


Magnifiques :plumes,feuilles,coulées,tissus...qui laissent libre cours à l'imagination.Bonne soirée!


Annik 04/11/2009 20:58


C'est digne d'un film fantastique!!!


gazou 04/11/2009 18:07


Il ya des yeux partout....Besos !


Muriel93 Création 04/11/2009 17:43


chouette délire besos a plus tilk.


Laudith 04/11/2009 17:14


J'aime mes délires sur ma mer et tes délires ici...

Bisousss Fernando.


Celiandra 04/11/2009 14:07


j'aime beaucoup Amigo....
Besos


josée 04/11/2009 11:24


Magnifique, bise, Josée.


Gérard Méry 04/11/2009 10:55


Celle que je préfère de tous tes délires, j'aime me vautrer dans les couleurs.


Cécile 04/11/2009 09:29


J'y vois la fluidité du moment ...


Quichottine 04/11/2009 09:24


J'aime bien ces couleurs et les regards étonnés.


Maria-D 04/11/2009 00:51


Alors là !!! c'est très étrange..... je vois une foule et plein plein plein de visages... c'est extraordinaire...


philosophie

Écrire

Malgré l’usure

Malgré l’érosion

Malgré les tremblements

Malgré l’éclatement des pierres

Écrire

Malgré le grand éboulement

Écrire

Parmi les gravats

Écrire

A même les décombres

 

 

Texte libre