Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 00:24

 

Je voudrais boire

Ton eau

Sur la nappe

De ton corps

Je voudrais porter

La coupe

A mes lèvres

La lever

Jusqu’au plus profond

De ma mémoire

Je voudrais boire

Ton eau

Au plus fort

De la tempête

Au plus fort

De la vague

Je voudrais boire

Ton eau

Jusqu’à avoir

Encore soif

Je voudrais boire

Toute ton eau

Et qu’enfin

La nuit commence

Partager cet article
Repost0

commentaires

nadia-vraie 02/11/2009 20:50


Très beau,tu me surprends toujours Tilk.
Bonne journée.


pandora 01/11/2009 23:54


waaahhh....si c pas aimer!!!


Thaddée 01/11/2009 18:21


Une soif inextinguible que celle du désir, qui brûle à l'intérieur.
A bientôt Tilk, bonne fin de dimanche.


marlou 01/11/2009 10:39


La fin est magique !
Besos.


colette 01/11/2009 10:18


on ne peut et ne doit pas étancher sa soif d'Amour
bises


Servanne 01/11/2009 09:04


alors je te fais des bisous à l'orange :)


Lyly Jane 01/11/2009 08:46


Coucou Tilk

Te voilà gagné par la fièvre...amoureuse
C'est bien la seule dont on ne veut guérir
Joli poème que tu as écrit si plein de désir
Que ta journée soit belle et heureuse
Besos, Lyly




Quichottine 31/10/2009 19:54


Il arrive que l'on puisse rêver, désirer, et voir son rêve se réaliser.


sylvie 31/10/2009 14:55


un verre sa va!
trois verres?


O. 31/10/2009 14:43


Et ce corps certainement se laissera boire, à petites lappées
sourire


Muriel Angel uane 31/10/2009 12:30


Comme c'est si beau ou on peut y lire  l'eau d'une tendresse,gentillesse remplie d'emotions de fusionbravo pour l'auteur.
 A Plus tilk.


armandie 31/10/2009 11:42


ton poème est magnifique, sa source pour que tu en écrives ces mots ne peut qu'avoir une eau limpide et sensuelle.

baisers pour toi et bon we

Armandie


philosophie

Écrire

Malgré l’usure

Malgré l’érosion

Malgré les tremblements

Malgré l’éclatement des pierres

Écrire

Malgré le grand éboulement

Écrire

Parmi les gravats

Écrire

A même les décombres

 

 

Texte libre