Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 00:53


les cris


Ils sont nombreux
Toute une gamme
Un panel représentatif
Un véritable éventail
Une meute

Ils montent de loin
Intenables
De l'intérieur abyssal
Nourris au cendres même
Des traumatismes

 Ils ont le son
Hymnes du désespoir
Des long chemins tortueux
Ou la vie s'égare

Ils ont le poids
Eternel
Des pierres
De l'éboulement
Implacable
Qui s'entasse
Sur nos illusions

Partager cet article
Repost0

commentaires

poetique love 17/11/2009 19:21


des Illusions mais si remplient de sublime couleur


Loli 17/11/2009 14:58


le cri de douleur... D'une manière ou d'une autre il faut l'obliger à sortir de soi.
Il est parfois silencieux, mais n'en est pas moins intense.
Ne pas le laisser sortir, ne pas l'exprimer, c'est sombrer dans la folie... ou être un robot, ce qui revient au même.
loli


marlou 17/11/2009 14:03


Très fort...J'aime.
Besos.


sido 17/11/2009 13:52


ils sont le grand saut
vers l'autre
celui qui n'entend pas
l'aiguillon douleur
à extirper de soi


laé 17/11/2009 11:43


bonne journée mon tilk.


Quichottine 17/11/2009 11:10


Magnifique poème. J'aime.


philosophie

Écrire

Malgré l’usure

Malgré l’érosion

Malgré les tremblements

Malgré l’éclatement des pierres

Écrire

Malgré le grand éboulement

Écrire

Parmi les gravats

Écrire

A même les décombres

 

 

Texte libre