Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 23:41

Je viens de me réveiller

 

 

ou le fleuve et le ciel

se partage le noir

 

 

au milieu de cette nuit

au centre du cauchemar

 

 

sur ce maudit banc

ou tu ne viendras pas t' asseoir

 

 

ou les murmures du vent

sont des mots sombres

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jill bill 16/12/2013 19:59

Vaut mieux rentrer Tilk... elle me semble très en retard ! Besos de jill

gazou 16/12/2013 09:50

La lumière va bien percer les ténèbres...Sois patient..Besos

Azalaïs 16/12/2013 09:35

il s'est peut-être trompé de banc?
bises

Kri 14/12/2013 20:15

De beaux mots ... tristes mais beaux
Bonne soirée

Valentine :0056: 14/12/2013 18:57

Un poème sombre et qui fait frissonner... Fort, comme toujours !

Hécate 14/12/2013 11:14

Le vent murmure des mots sombres...L'image est pénombreuse...Un poème qui me touche.

Quichottine 13/12/2013 23:32

C'est à la fois très triste et très beaux.
Merci pour ce poème, Tilk.

Passe un bon week-end.

erato 13/12/2013 22:48

Un banc ne reste pas seul , le vent , la nuit passent et tout s'éclaire.Douce soirée , bises Tilk

Liliane 13/12/2013 22:26

Il y a toujours de l'espoir, même sur un banc !!!
Bonne soirée Fernando. Besos.
Alors, et ces noeuds ???

Rose 13/12/2013 21:16

A attendre l'impossible
Tente le diable :)
Bonne fin de soirée

eki eder 13/12/2013 20:59

beau poème. Bon wk

cafardages 13/12/2013 17:48

et sombre aussi le poème

Laudith 13/12/2013 15:28

Superbe texte !!! Les bancs sont souvent des lieux de rencontres, s'ils pouvait parler, ils en auraient des choses à dire...

Bises, bon week-end Fernando.

Ariaga 13/12/2013 15:16

Si tu restes assez longtemps sur le banc, le soleil va venir l'éclairer. Bises.

telos 13/12/2013 11:58

tu sais sur un banc public, l'une chasse l'autre. je ne suis pas inquiète pour toi sauf que tu vas, à attendre prendre froid..

thé âche 13/12/2013 11:46

au risque de sombrer avec le banc.

fazou 13/12/2013 11:31

attendre l'aube…

ABC 13/12/2013 09:56

À la frange de la vie, impossible de tourner la page....

Nina Padilha 13/12/2013 07:28

La beauté des mots ne cache pas le désespoir...

marie-claude 13/12/2013 07:09

Sur ce banc, à la lueur de l'aube peut-être seras-tu ... laissons faire les rêves ...
Amitié .

Martine. 13/12/2013 06:36

J'aime tes poèmes et celui-ci particulièrement, quand l'absence de l'aimé(e) devient souffrance. Bon week-end. Bises

philosophie

Écrire

Malgré l’usure

Malgré l’érosion

Malgré les tremblements

Malgré l’éclatement des pierres

Écrire

Malgré le grand éboulement

Écrire

Parmi les gravats

Écrire

A même les décombres

 

 

Texte libre