Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 23:36

 

 

 

Parfois on pèse

tout en nous pèse

et le mur qui s'avance

devient falaise

devient paroi infranchissable

et le chemin s'arrête là

au pied

au début

du grand voyage

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

dan 01/07/2012 21:03

De l'impossible naît le possible.
Toujours des mots merveilleux sous ta plume, Fernando.

Muriel Angel 28/06/2012 08:22

Et j’espère qu'il ne finira pas de si tôt Tilk ,

Quichottine 23/06/2012 23:14

Voyager... c'est comme un rêve où il faut aussi oser franchir la dernière porte qui nous sépare de lui.

Douce soirée, Tilk.

lasidonie 23/06/2012 22:52

Puis un jour tout en nous s'allège
Un regard déposé
Un sourire inattendu
On sent les ailes pousser
Nous pousser à tenter l'aventure
Au delà des falaises rapetissées
Sur un chemin déblayé.

lutin 23/06/2012 18:16

l'infranchissable quand le corps se soumet

marine D:0019: 23/06/2012 05:41

Au pied du mur
On pense au grand voyage
Le coeur s'emballe...

...Si je puis me permettre Fernando
Besos

Erato :0059: 22/06/2012 23:39

Oui c'est vrai ....... Et puis , on s'aperçoit que l'on devient plus léger et que l'on peut franchir cet obstacle.Douce soirée, bises Tilk

Valentine :0056: 22/06/2012 23:10

Comme tu le dis bien...

Liliane 22/06/2012 23:08

A coeur vaillant rien d'impossible !
Besos Fernando.
Je profite de courts instants que veux bien me laisser mon ordi...

thami 22/06/2012 22:33

Ton poème me fait bien plaisir car il s'inscrit dans le droit fil du travail que je mène en photo en ce moment sur les "pesanteurs".
Bonne fin de soirée chal-heureuse!

marlou 22/06/2012 14:40

Un beau partage, car il va droit au coeur...
Besos Tilk

celiandra 22/06/2012 11:29

CE mur que tu dis infranchissable
le deviens pourtant
Car rien ne s'arrete à ses pieds
derrière Lui parmi les siens
la lumiere qui avait disparue
Revient
Besos Amigo

josée 22/06/2012 10:20

On n'est pas seul pour le grand voyage.........

TELOS 22/06/2012 05:26

je suis entrain de lire Esteban, tes poèmes, lus à voix haute, ont le même souffle, le même rythme.

philosophie

Écrire

Malgré l’usure

Malgré l’érosion

Malgré les tremblements

Malgré l’éclatement des pierres

Écrire

Malgré le grand éboulement

Écrire

Parmi les gravats

Écrire

A même les décombres

 

 

Texte libre