Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 00:18

 

je suis 
revenu
frapper

 



à ta porte
revenu
frapper


elle
s'ouvre
sur la mer

 



ta mer
qui 
m'a englouti

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

gina 27/11/2011 18:13

On aimerait bien être cette mer !

ABC 26/11/2011 21:53

Qui m'a englouti
pour que j'apprenne à nager !

Valentine :0056: 20/11/2011 21:18

Oh ! la vilaine !!
Bises, Tilk. Refais surface !

Elo 20/11/2011 17:55

il ne faut pas se laisser engloutir !!!! Besos

marlou 20/11/2011 07:38

Magnifique poème ! J'adore...

Muriel Angel 19/11/2011 17:55

Voilà une bien belle déclaration d'une rencontre.

Quichottine 19/11/2011 10:09

Se laisser submerger ainsi, ça peut être un plaisir...

Bonne journée, Tilk.

TELOS 19/11/2011 07:26

humm tu nous frôles....

Erato :0059: 18/11/2011 21:15

J'aime beaucoup , un très joli texte.Belle soirée, bises Tilk

tévi 18/11/2011 17:57

TU sais nager?

anick-Elfe 18/11/2011 17:10

Emouvant Poème!!! J'adore!!!
Pensées Angéliques...Anick-Elfe

chantal11 18/11/2011 15:30

En quelques mots, tout est dit !
chatou

Jack Maudelaire 18/11/2011 15:20

Bonjour, cher Tilk,

Je crois que tu t'es trompé de porte, la mienne donne sur une bulle où se promène paisiblement un poète à l'oeil ébloui par tes présences.

Bien silencieusement, avec toute ma sympathie, Jack.

•-~•*'Ś Ő Ń Ŷ Á'*•~-• 18/11/2011 14:56

un joli texte
petite bise pour un bon vendredi



•-~·*'Ś Ő Ń Ŷ Á'*·~-•

ZAZA 18/11/2011 11:23

J'adore. Bises et bonne journée

Malika 18/11/2011 09:41

On pourrait s'imaginer un tableau surréaliste sur ces mots.

Maria-D 18/11/2011 09:06


la mer est aussi ouverture !!!

abrazote


Minik do 18/11/2011 07:29


Superbe !
Bonne journée tilk


jeanne 18/11/2011 07:20


c'est beau mon ami
comme la mer
besos


philosophie

Écrire

Malgré l’usure

Malgré l’érosion

Malgré les tremblements

Malgré l’éclatement des pierres

Écrire

Malgré le grand éboulement

Écrire

Parmi les gravats

Écrire

A même les décombres

 

 

Texte libre