Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 20:16
 

Sur son lit

l'homme

a posé son menton

sur ses genoux

repliés

il a fermé les yeux

pour mieux voir

a travers

les couches de sa vie


Sur son lit

l'homme

n'y a vu

que fumée

fatigues

errements

et beaucoup d'ombres


Sur son lit

l'homme

a redressé

sa tête

et ouvert

ses yeux,,,,,,,,humides

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 20:13

Partager cet article

Repost0
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 22:27
 

Elle a creusé

un énorme trou


          il me faudrait

          des mots terre


elle a creusé

un énorme trou


         des mots terre

         des mots gravats


elle a creusé

un énorme trou


         je n'ai plus

        qu'à me taire

Partager cet article

Repost0
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 17:53

Le silence qui s’installe

A l’intérieur

Est très éloquent …

 

Il existe un dictionnaire

Du silence

Mais on le range

Au fond d’une male

Fermée à double tour

Bien cachée dans les combles

A l’abri de toute lecture  

Partager cet article

Repost0
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 23:29

super fin de semaine à Colomiers ... voici une partie du stand du Crébassou ...avec en plus
deux superbes rencontres :Laé et ses enfants ....et Najac avec Saadou et Obélix  ...
de quoi se forger des souvenirs....

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 21:30



certains
poèmes 
sont en terre

certains poèmes
sont recouvert 
de boue

peut être parce que je ne sais pas les chanter

ils ont
les syllabes
en pousière

aucun rythme
et des rimes
à rien

mais parfois
ces vers
se retournent

ces vers
se retournent
dans leur tombe

comme 
des astres 
dans la nuit

et ce 
sont 
eux

eux qui 
me jettent
dans l'abîme






Partager cet article

Repost0
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 21:17








Partager cet article

Repost0
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 19:15
une tranquilité hideuse
inonde l'instant
l'horizon disparait doucement
en perdant ses couleurs
le frémissement des grands peupliers
disparaît peu à peu
les toits des maisons du lotissement
s'évaporent
la haie de leylandii s'éfface
je ne distingue même plus la glycine
le vent lui aussi n'ose 
plus rien dire
le néant englouti la maison

et j'entends sa voix
sa voix lointaine
qui m'inonde
sa voix
qui faisait taire 
jusqu'au silence
cette voix
qui faisait flétrir la nuit

c'est térrible
de s'assoir en face 
de soi même
et de rien avoir 
à lui dire

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 21:44


l'errance par   o.


l'errance par   Tilk



Partager cet article

Repost0
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 16:59
acrylique et techniques mixtes sur plaque de carton bois 1.20x80








Partager cet article

Repost0

philosophie

Écrire

Malgré l’usure

Malgré l’érosion

Malgré les tremblements

Malgré l’éclatement des pierres

Écrire

Malgré le grand éboulement

Écrire

Parmi les gravats

Écrire

A même les décombres

 

 

Texte libre