Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 novembre 2007 7 18 /11 /novembre /2007 02:30

 

jusqu'ou
va t'elle 
s'arrêter

il y a t'il
une limite
a son effraction

le ciel
lui même
a ses limites

mais il 
s'appuis
sur elle

l'air
s'appuis
sur elle

le soleil
se reflette 
sur elle

le merle
chante 
pour elle

l'espace
est 
en elle

et son absence 
omnipresente
est en moi


 

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2007 6 17 /11 /novembre /2007 03:52

 

 

une absence 
est 
passé

et m'a laissé
en partant

et m'a laissé
ses formes
de vent

une absence
est 
passé

et m'a laissé
en partant

et m'a laissé
le poids
de la faim

une absence
est 
passé

et m'a laissé
en partant

et m'a laissé
la porte 
close

une absence
est 
passé

et m'a laissé
en partant

et m'a laissé
face à face 
avec moi même

une absence
est
passé

et m'a laissé
en partant

et m'a laissé
rempli
à jamais

et moi
desormais
à jamais

à jamais 
je visite
ses restes

 

 

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2007 6 17 /11 /novembre /2007 03:16

 

il y a des 
mots qui ne 
font pas le poids

il y a des
mots 
qui pèsent

qui pèsent
plus que 
la pensée

des mots
tres
lourds

qui
fabriquent
la pensée

des mots
si 
lourds

qu'ils 
écrasent
la pensée

que peut on faire avec ses mots a part les ré ingurgiter............................................

 




 

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2007 6 17 /11 /novembre /2007 01:51

 

le vent
va souffler
toute la nuit

j'aimerais
qu'il 
souffle fort

qu'il souffle
fort 
et juste

qu'il souffle
un de ses 
chants anciens

un de ses 
chants
dignes

une de 
ses belles 
poesies

a faire 
taire 
la colère

a faire 
taire 
la rencoeur

un de 
ses magnifiques
chants

capable
de couvrir
mon râle

capable
d'habiller
cette solitude

cette 
terrible 
soiltude

qui me 
rend 
fou

et me tue................................................................................................

 

 

 

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 16:58

 

 

tes
mains
me disent

elles me disent
ce que
tu caches

elles parlent
d'une autre
peau

et des traces
qu'elles y ont
laissés

elles parlent
encore
de leurs prodiges

de leurs prodiges
et des
soubresauts

 

 

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2007 7 11 /11 /novembre /2007 17:07

il me                             il me                         il me
faudra                          faudra                       faudra
crier                              hurler                        me desenfouir

pour me                      pour me                   pour ne
soustraire                   tirer                           pas
au silence                  de l'oubli                   finir

même                         même                      dans
si j'aurais                   si j'aurais                 cette terre
préféré                        préféré                      sans mots

lui                                lui                               dans
sussurer                   chanter                      cette terre
doucement               doucement               sans nom


poème déclanché par un vers de faux rêveur

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 16:52

 

 

quand tu seras 
de retour
le dépôt
dont 
j'ai la garde
sera
encore
et toujours 
ouvert
à ton tourbillon
à ton terrible 
tourbillon
pareil
à ceux
qui servent 
aux semailles

 

...

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 13:37

 

J'avoue
mon 
éffroi

De ce 
qui vient
au loin

Et mes 
doigts
en sang

Mes doigts
en sang 
d'encre

Laissent
leurs traces
maladroites

Sur
les mots
d'hier

 

 

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 13:16

 

j'avoue
que tout 
me pèse

le monde
sur 
le dos

et en héritage
ses millions
d'histoires

ses millions
de terribles
histoires

de terribles 
histoires 
sans paroles

 

 

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2007 5 09 /11 /novembre /2007 00:32

 

 

Le matin
éteint 
un à un

Un à un
nos 
rêves

Mais 
le matin
n'abolit pas

Mais il
n'abolit pas
leurs traces

Ni leur
goût
dans la bouche

Et ces pierres
nocturnes
embrasent

Notre chemin
entre chaque 
massacre

 

 

Partager cet article

Repost0

philosophie

Écrire

Malgré l’usure

Malgré l’érosion

Malgré les tremblements

Malgré l’éclatement des pierres

Écrire

Malgré le grand éboulement

Écrire

Parmi les gravats

Écrire

A même les décombres

 

 

Texte libre