Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mai 2008 1 26 /05 /mai /2008 22:46



Une peau

Prenait

De la couleur


Le mouvement

Faisait

Illusion


L’eau

S’évapore

De la flaque


Le vent

L’a vendu

Aux pierres


une peau

Va reprendre

Sa couleur


Sa couleur

Sombre

solitaire

Partager cet article
Repost0
26 mai 2008 1 26 /05 /mai /2008 16:15

 C’est

L’argile

Des mauvais

Partages

Que j’ai

Entre

Mes mains

Ce soir

J’aimerais

Savoir

Combien

De mots

On a

Encore

En commun

Ce soir

J’attends

Encore

Avec

Angoisse

Qu’elle

Dise

Le mot

« VIENS »

Partager cet article
Repost0
25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 22:51

le totem emballage 2
à l'exposition
de tauriac'oustique
vous pouvez voir des photos
de cette expo
dans les album photos
Partager cet article
Repost0
25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 18:34

Boire ta nuit

Jusqu’au

Bout

Boire ta nuit

Jusqu’au

Jour

Boire ta nuit

Jusqu’à

son terme

Boire ta nuit

Jusqu’à

La lie

Partager cet article
Repost0
22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 23:29
Le matin

J’enfile

             Mon armure

 

Pour

que

rien

Ne

sorte

de

moi

 

Et j’invente

Un itinéraire

Bis

Pour éviter

                Leur froid

 

Le soir
je cris

(ou j’écris)

Partager cet article
Repost0
21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 19:20

http://arreterletemps.over-blog.com

 

 

Terrible

Le temps qui passe

Et qui me rudoie

 

Terrible

Le temps qui passe

Assis sur ce banc

 

Terrible

Le temps qui passe

Et la distance entre nous

 

Terrible

Toi la bas

Et moi sur ce banc

 

Terrible

Ni le soleil

Ni  les fleurs

 

Pourrons

Te remplacer

Sur ce banc

tilk

Partager cet article
Repost0
21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 18:47

 

 

Solitaire

Ou

Seul

 

Volontaire

Ou

Voulu

 

Aventurier

Ou

Errant

 

Recueilli

Ou

Abandonné

 

Beauté

Ou

misère

Partager cet article
Repost0
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 21:57

Je ne sais

              ce qui habite

                                 mon corps

 

c’est comme

              une angoisse

                                 orpheline

 

tristement

              elle

                                 sanglote

 

elle sanglote

             dans mes profondeurs

                                 intimes

 

comment

              la faire

                                  sortir

 

de ce

              béant

                                 infini

 

sans

             qu’elle

                                 me déchire

 

comment

             s’en

                                séparer

 

peut être

            d’un cri

                                la vomir

 

plus tôt

           d’un soupir

                                l’écrire

 

et l’étaler

           dans l’étendue

                               déserte

 

l’étendue

           déserte

                               de ma faillite

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 20:16

Ici le vent

Parle encore

Avec la pluie

 

Ici le vent

Parle encore

Avec la mer

 

Il rit

Aux éclats

Avec la pluie

 

Il parlent

Fort

Avec la mer

 

Je sais

Qu’il se moquent

De moi

 

Ils savent

Que je n’aime

Que toi

Partager cet article
Repost0
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 10:07
tous couchés
nous vivons sentiers éparpillés
dans nos rêves
des rêves de villes engouties
sous une houle annonciatrice 
d'aubes irrésistibles

tous couchés
a même la ville       souillés
a même la ville       le sang
a même la ville       brisés
a même la ville       le fleuve
a même la ville       
nous deversant
dans une embouchure
de décharge
parmi le plâtre
les palisades de chantiers
les vitres brisés
les cadavres de chiens abandonés
les voitures incendiées
le fer
l'acier
en rafales de vent
de poussière
d'enfants blêmes
en essaims de bruits
de klaxons
de sirènes
de cohortes 
d'esclaves
embauchés
débauchés
broutés
déboutés
et agonisants
a même les échappements
a même les bidons d'huile
a même les bidons vides
a même les bidons ville
a même la ville vide
a même l'hémoragie

tous couchés
car les machinations
mettent un poing d'honneur
a ne pas laisser 
s'achever le jour
avant que ne soit 
lynchée la nuit
ou grouillent 
ces nains moutons
à vapeurs
identiques
a la queue leu leu 
s'engouffrant
dans le sanctuaire
à bléssures
hygiéniuement 
et hermétiquement
fermé

le sanctuaire 
à bléssures
est planté là
au beau milieu 
de la douleur
la grande douleur
cette végétation monstrueuse


c'est un de mes premiers poèmes  il est dans mon premier recueil
j'ai eu envie de le relire et je lui ai fait un petit dessin
Partager cet article
Repost0

philosophie

Écrire

Malgré l’usure

Malgré l’érosion

Malgré les tremblements

Malgré l’éclatement des pierres

Écrire

Malgré le grand éboulement

Écrire

Parmi les gravats

Écrire

A même les décombres

 

 

Texte libre